Accueil / Essai de résistance à la corrosion / Préparation des échantillons

Préparation des échantillons

 

Lors d’un contrôle de la résistance à la corrosion, la préparation d’échantillons de tôles dotées d’un revêtement par l’application de différentes rayures linaires ordonnées de façon verticale, horizontale et croisée de manière à ce que la résistance du système de revêtement puisse être testé pour détecter la présence de rouille sous le revêtement, est un procédé courant. Lors de cette opération, les normes prescrivent, outre l’utilisation d’une pointe de test de « van Laar » comme outils de marquage, souvent également une pointe de test de « Clemen » comme outil de marquage (fournie). Une pointe de test unique est parfois utilisée aussi pour les tests de quadrillage. Selon les éléments à satisfaire et définis par l’utilisateur, ces pointes de tests disponibles comme outils de marquage représentent des outils pour réaliser des rayures de fragilisation définies sur des peintures / des revêtements lors des tests de résistance à la corrosion, comme les essais pour déterminer la résistance à la corrosion dans les atmosphères humides saturées, en milieux gazeux, au brouillard salin pulvérisé, par immersion prolongée ou par immersion alternée, par exposition, etc.

Exemples de produits:

Stylet selon van Laar, Modèle 426

L’inscription d’une croix de Saint-André sur les échantillons de tôle lors des essais visant à déterminer la résistance à la corrosion de manière à pouvoir tester la résistance du système de revêtement à l’apparition de rouille sous celui-ci constitue un procédé courant. Le stylet selon van Laar constitue un outil adapté pour fragiliser les surfaces dotées d’un revêtement avant de procéder à des essais accélérés pour déterminer la résistance à la corrosion dans les atmosphères humides saturées, en milieux gazeux, au brouillard salin pulvérisé, par immersion prolongée ou par immersion alternée, par exposition etc.

Stylet de Sikkens, Modèle 463

Le stylet de Sikkens, modèle 463, sert à inscrire, sur les échantillons de tôle dotés d’un revêtement, des points de fragilisation définis (stries) pour la réalisation d’essais visant à déterminer la résistance à la corrosion, et notamment des essais au brouillard de pulvérisation selon la norme DIN EN ISO 9227 avec nos appareils de contrôle de la corrosion, modèles 606 et 608. Ces procédés permettent de procéder à une évaluation pour savoir jusqu’où les influences corrosives provoquent la formation de points de rouille sous le revêtement et susceptible d’entraîner une perte d’adhérence. Le trajet de l’infiltration latérale sert de mesure pour évaluer l’effet protecteur contre la corrosion.

SCRATCHMARKER 427

L’appareil de rayure SCRATCHMARKER 427 est constitué d’un appareil de base doté d’un outil de marquage en métal dur (Ø 0,5 mm, rayon de la pointe 0,25 mm) ainsi que d’un disque gradué permettant de régler la profondeur souhaitée du marquage (profondeur max. des stries environ 500 μm, échelle graduée par pas de 25 μm) et d’une règle de butée. En outre, les outils supplémentaires de calibrage, nécessaires au réglage de la profondeur, sont livrés avec l’appareil. La construction compacte du SCRATCHMARKER et sa règle de butée très pratique permettent de travailler sans fatigue même lorsque les cadences sont soutenues.